Des nouvelles de Camille Consalvo

Bonsoir Guylem,

Merci à Francis pour ce joli texte qu’il nous a fait parvenir et qui nous rappelle combien il est important dans la vie, de ne pas se sentir oublié.

Pendant les quatre années passées à l’école d’Alembert, le midi, nous étions regroupés devant le réfectoire et avant d’y entrer, M. Vandyck, notre surveillant, distribuait le courrier. Nous étions tous, très attentifs et très heureux lorsque l’on entendait l’appel de notre nom, car cela signifiait que quelque part, quelqu’un avait pensé à nous. Pendant ces années, j’écrivais beaucoup, des lettres, des cartes postales et bien sûr, en contrepartie, j’attendais des réponses. Actuellement, j’ai toujours quelques cartes de 1946 et 1947 que j’avais expédiées à ma mère nourricière et qu’elle avait soigneusement conservées.

Au régiment, ou encore pendant mon rappel en Algérie, l’heure du courrier était toujours un moment très attendu. Fiancé, j’écrivais de longues lettres enflammées à ma promise, et en échange j’avais le plaisir d’en recevoir d’aussi longues.

Plus tard, une fois marié, à la maison je me suis occupé du courrier. J’échangeais de longues lettres avec la famille et les amis.

Progressivement, le téléphone a remplacé les lettres et même les cartes annuelles de vœux. Seules les cartes postales ont toujours été envoyées depuis nos lieux de vacances.

Actuellement, les jeunes ne prennent plus le temps d’écrire une carte postale quand ils voyagent, ils préfèrent vous envoyer un petit message et une photo avec leur Smartphone. C’est une autre façon de communiquer, qu’il faut admettre, mais c’est aussi une autre façon de vous témoigner de l’affection et de ne pas vous oublier.

Aujourd’hui, à 87 ans, j’écris rarement et mes amis sont comme moi, nous nous contentons d’un coup de fil de temps à autre.

Je suis d’accord sur le principe, qu’écrire quelques lignes à un ami âgé et malade peut lui apporter un certain réconfort et lui prouver votre amitié en ne l’oubliant pas, mais écrire à quelqu’un avec qui l’on n’a jamais communiqué, fût-il ancien de notre école, me paraît difficile. Je ne dois pas être le seul à penser de cette façon, quand je constate le peu de commentaires sur le site et sur nos messageries.

Bien sûr, chacun est libre de penser et de faire ce qu’il veut. Amen.

Amitiés et bonne santé à tous.

Camille CONSALVO

Une réflexion sur « Des nouvelles de Camille Consalvo »

  1. Bonjour Camille,

    J’espère que tu vas bien ainsi que toute la famille.

    J’ai lu ton commentaire concernant votre promotion 46-50. C’est sûr, beaucoup de souvenirs que vous n’oublierez jamais !! C’était votre seule famille, à l’époque.

    Le bonjour à Robert et Annick, si vous avez l’occasion de vous voir.

    J’ai lu que le banquet est annulé et pour cause….. ce sacré virus !

    Faites bien attention à vous.

    En espérant que cela finisse pas trop tard, sans trop de soucis par la suite.

    Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :