Obsèques de Bernard NOËL

Le 29 décembre 2020, André Germain, Jean-Marc L’Hélias, Gilles Beignet et Francis Fidelaine se sont rendus au cimetière ancien de Colombes, pour accompagner à sa dernière demeure notre ami Bernard Noël, décédé le 15 décembre.

A 15 heures, c’est sous une pluie continue et froide que nous avons rejoint la famille (sa bien-aimée Fanfan, son fils Gérard et son épouse, ses deux petits-enfants, Priscilla et Cyril, avec leurs conjoints et leurs enfants) et leurs amis.

Dans un premier temps, Priscilla et Cyril nous ont exprimé leurs remerciements devant notre délégation. Ils nous ont vraiment fait ressentir combien ils en étaient heureux et touchés.

Après avoir installé un abri, où ils ont déposé le cercueil, les services des Pompes Funèbres ont demandé aux proches de se réunir autour.

Puis le diacre a remercié les personnes présentes et a commencé la cérémonie ; il a fait l’éloge en la personne de Bernard, en précisant son passé, et son beau parcours. Une réussite professionnelle et une vie familiale bien remplie. Son sourire, sa délicatesse et sa bienveillance, ont été mis à l’honneur. Il a parlé de son accent bien prononcé (rouler les R…) du Morvan. La fin de son intervention a mis en évidence que Bernard était  un homme « debout », respectable. Toute l’assemblée a d’ailleurs apprécié l’intervention de ce diacre qui, de surcroît, a vécu son enfance dans le même village que Bernard, Chissey-en-Morvan, à côté d’Autun.

Ensuite, Cyril a pris la parole ; avec une forte émotion, il nous a encore exprimé sa gratitude, car auprès de son grand-père, il avait compris l’importance pour Bernard, de l’école d’Alembert, et par la suite, notre Mutuelle, devenue Association. Nous avons ressenti par les mots de Cyril, combien Bernard a compté pour ses petits-enfants. Une petite part de regret qu’a exprimé Cyril : son grand-père avait peut-être gardé une part de secret sur son enfance.

Après Cyril, Francis Fidelaine a lu un texte à l’attention de Bernard :

« Bernard,

Tu as fait ton apprentissage de typographe à l’école d’ALEMBERT pendant les quatre années de 1943 à 1947.

Je sais par les anciens que tu étais apprécié comme camarade à l’époque (je pense à Camille Consalvo qui vient d’écrire par mail un mot à ta mémoire : « Bernard était quelqu’un de souriant, d’aimable, toujours prêt à rendre service, surtout pendant les soirées passées dans cette grande salle au 1er étage, à lire, à étudier ou encore à jouer aux dames par exemple ».  Après les années d’école, on ne se voyait qu’aux réunions, mais c’était toujours avec son sourire empreint de gentillesse qu’il répondait à votre bonjour. Pendant des années, il a été le correcteur bénévole du bulletin et sa grande compétence, reconnue par tous).

D’ailleurs, notre ami Jacques Tiriou, qui a été, de nombreuses années, responsable de notre publication, m’exprimait encore hier au téléphone, toute ta gentillesse, et le plaisir qu’il a eu à travailler avec toi sur ce bulletin.

Pour ma part, les textes que j’ai pu écrire à cette époque, tu les relisais et par délicatesse, tu me téléphonais en me précisant avoir modifié quelque peu des mots, mais surtout sans en changer le sens, l’émotion parfois. C’était toi, dans la pure tradition du respect de l’autre. Merci Bernard.

A nos banquets, accompagné par ta Fanfan, tu rayonnais de joie, et ta bienveillance auprès de chacune et chacun était appréciée.

Et quelle joie de vous voir tous les deux sur la piste de danse, où tu faisais virevolter Fanfan. Votre bonheur d’être là, tous les deux, était si palpable.

Oui, Bernard, tu resteras un exemple de Fraternité généreuse au sein de notre association.

AU REVOIR NOTRE AMI.

Notre Président Guylem Gohory, ainsi que tous les membres et amis de notre association adressent à Fanfan, sa famille et ses proches les pensées les plus douces en cette circonstance ».

Puis André Germain a remis la plaque « Les amis d’Alembert » afin qu’elle soit déposée sur la tombe de Bernard.

Après cela, le diacre a procédé à la Bénédiction, suivie d’un geste de la part de chacun en souvenir de notre ami.

Pour conclure, en souvenir de Bernard, et à la demande de Priscilla, nous avons entonné un vibrant refrain du « A la », en précisant l’importance de ce chant pour notre association. Priscilla avait apporté une bonne bouteille d’un des vins de Bernard (que nous avons partagé), avec quelques verres, afin que le souvenir soit encore plus marqué.

Un dernier passage devant le cercueil a clôturé cette cérémonie forte et émouvante.

Au moment de nous quitter, la famille nous a encore chaleureusement remerciés. Gérard, le fils de Bernard et Fanfan, nous a précisé que si nous n’avions pas de retour de nouvelles de ses parents en Ehpad, c’est que Fanfan souffrait moralement de ne plus être physiquement bien et faisait table rase du passé ; ce n’était en aucun cas une volonté de la famille de ne pas communiquer avec nous. Il a bien précisé que nous pouvions continuer à écrire à sa Maman. D’ailleurs Fanfan était très touchée de notre présence.

Voilà les amis, Bernard est parti, accompagné par les Alembertins.

André, Gilles, Jean-Marc et Francis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *