Jean-Claude Cormier mis à l’honneur lors du banquet

Bonjour,

Comme je l’avais relaté sur le petit hommage (mérité !) que j’avais rendu à Jean-Claude Cormier lors de la parution du dernier bulletin, le vœu s’est réalisé, puisque de la parole aux actes il n’y a qu’un pas que nous avons franchi allègrement.

C’est par l’intermédiaire de Fabienne Le Romanser (biographe de son état), qui vient visiter Jean-Claude depuis un an, que j’avais « ordonné la chose ». Ceci me permet de vous signaler que la réponse qui a été faite à mon hommage, l’a été par cette biographe qui s’est inspirée des écrits qu’elle a compulsés un peu partout, m’a-t-elle indiqué. Jean-Claude a du mal à s’exprimer par la parole, mais il a gardé « toute sa tête », selon l’expression consacrée !

J’avais donc sollicité Fabienne Le Romanser pour que le jour du banquet, je l’appelle quand nous serions prêts pour l’apéritif. Le but avoué étant que je laisse mon téléphone près des enceintes de la sono et que nous entonnions un vibrant « A la santé du confrère… » en l’honneur de Jean-Claude et que nous terminions par des applaudissements nourris en hommage à notre ami.

Un grand moment d’émotion a parcouru la salle durant cet intermède, tandis que du côté de Jean-Claude, l’émoi devait être, à n’en pas douter, à son comble. Sans aucun doute, Jean-Claude a su l’exprimer par de nombreux signes, tandis que ses yeux devaient scintiller de bonheur, certes éphémère, mais bien tangible.

Certes, vu de loin, cela peut vous paraître « pas grand-chose », mais je peux vous témoigner que pour lui « ça veut dire beaucoup ». La solidarité ne doit pas uniquement se nimber de bonnes intentions proférées à l’envi, elle DOIT pouvoir se justifier et, notamment, se concrétiser à TOUT MOMENT par des gestes fraternels, des appels, des soutiens amicaux ou pécuniaires comme pour le « Marquis » ou Jean-Pierre Champion et bien d’autres choses encore…

Je vais rester en lien avec Fabienne Le Romanser, afin d’avoir des nouvelles régulières de Jean-Claude, c’est plus simple qu’avec son demi-frère qui, lui aussi, est très présent pour Jean-Claude.

Mon cher Jean-Claude, sache que nous ne t’oublions pas (tout comme toi tu penses à nous !) et que nous serons toujours présents par la pensée et par des gestes affectueux ou autres actions solidaires envers ta personne. J’ai un grand bonjour à te donner de ton ami Christian Monnier qui, lui aussi, hélas, est frappé de plein fouet par la maladie.

Un grand merci à Fabienne Le Romanser pour tout ce qu’elle fait pour notre frère alembertin.

Bon courage à toi et sincères amitiés personnelles et alembertines, tu restes gravé dans nos cœurs et tu gardes toute notre estime et notre soutien indéfectible à tout jamais.

Guylem GOHORY

PS : ce courriel a été envoyé à Fabienne Le Romanser afin qu’elle puisse le lire à Jean-Claude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *