Bonjour,

Les amis, j’ai fouillé dans mes archives, je garde quasiment tous les documents ayant trait à la vie de l’association depuis sept ans. J’ai l’honneur et le plaisir de vous proposer deux vidéos et quelques photos corrélatives au centenaire de Marcel. Je vous joins également un article que j’avais écrit à l’occasion de ses 102 ans, quand nous étions allés, comme chaque année, avec Marie-Thé, lui fêter son anniversaire à la maison de retraite de Saulieu. Ces vidéos, ces photos et ce texte vous permettront de redécouvrir ou découvrir, je l’espère, qui était notre doyen ainsi que sa famille.

À titre personnel, ça nous fait beaucoup de peine, car depuis cinq ans, nous avions un peu « adopté » notre doyen, il faisait partie intégrante de notre vie, c’était comme un « père » ou un papy pour nous !

En hommage à Marcel et à sa famille…

Confraternellement.

Guylem Gohory (président des anciens d’Alembert)

ARTICLE, VIDÉOS ET PHOTOS EN HOMMAGE À MARCEL ET À SA FAMILLE :

Ce dimanche 29 mars 2015 est un grand jour pour Marcel Nedellec et nous autres. Marcel, « gamin » de l’Assistance et ancien linotypiste de son état, le doyen de l’association des anciens d’Alembert, fête aujourd’hui ses… 102 ans. Une véritable séquence émotion pour nous !

Avec Marie-Thé, nous nous étions promis de prendre la route du Morvan pour nous rendre à la maison de retraite « Les Trois Sources », à Saulieu (21) pour aller fêter et honorer, au nom de TOUTE l’association, notre ami et frère alembertin, l’étonnant et inimitable Marcel Nedellec, l’homme du « Prétérit ». Cette demeure qu’il avait achetée, en viager, voici près de quarante-cinq ans, mais qu’il a dû quitter — à contrecœur — pour « atterrir » dans cette maison de retraite, n’ayons pas peur des mots, qui ressemble à un « mouroir », le mot n’est pas trop fort. Le plus âgé et le plus en forme des pensionnaires c’est NOTRE Marcel, tous les autres sont en fauteuil roulant, sauf lui, qui est pourtant le plus âgé des pensionnaires.

Nous sommes restés une heure et demie à converser avec Marcel. Il nous a « presque » reconnus du premier coup, c’est la quatrième fois que nous lui rendons visite, avec Marie-Thé, en 18 mois. Un moment d’intenses émotions, ponctué d’allégresse, de tendresse et de rires…

Marcel a quelque peu perdu les notions du temps, un peu comme un enfant, mais il reste encore très lucide par moments. Certes, il nous a dit qu’il devait sortir d’ici pour regagner sa maison du « Prétérit » demain ou après-demain, mais il se souvient de beaucoup de choses. Quand nous évoquons d’Alembert, les souvenirs lui reviennent. Quand je lui parle de la linotype et d’Arpajon, ça fait « tilt » dans sa tête. Il se rappelle de cette machine (qui faisait du bruit) et qu’il a travaillé dans une entreprise de cette cité, même qu’il en était le responsable d’atelier. Malgré sa surdité, il « soutient » la conversation avec beaucoup d’acuité.

Quant à l’humour, il n’en n’est pas dénué, le « bougre ». Quand nous avons discouru sur sa famille, il nous a demandé combien nous avions d’enfant. Nous lui avons répondu, naturellement, un. Réplique prompte, avec un grand sourire aux lèvres, de Marcel : « Ce n’est pas assez, il faut remettre ça… Sinon, c’est moi qui vais y aller ».

Il nous a évoqué son enfance dans cette région morvandelle, notamment les villages qu’il a connus quand il a été « élevé » par ses nourriciers. Nous avons eu droit aux hameaux de Thoisy-la-Bergère, du Champ-Derrière, de Champeau, de Meix Billeau, aux communes de Saulieu, Saint-Brisson, etc. Un grand moment, je vous dis. Il s’est permis le luxe de nous dire que tous ceux (les pensionnaires) qui étaient en bas « étaient vraiment mal en point »… « Moi, j’ai de la chance, j’ai 102 ans et jamais je n’ai été malade et je n’ai pas envie de l’être » ! Tout a été à l’avenant durant 90 minutes, où nous ne nous sommes pas ennuyés. Surtout, nous nous sommes aperçus qu’il était très heureux de notre visite.

Quand nous avons voulu prendre congé de lui, il s’est levé de son fauteuil et il est sorti de sa chambre sans sa canne. Marie-Thé a récupéré cette dernière, car Marcel a tenu à nous accompagner dehors, jusqu’à la voiture… Nous l’avons embrassé, un rien ému, lui promettant de revenir le voir. Il est resté à nous regarder, alors que nous nous éloignions, en nous faisant « coucou » tout au loin, comme un petit garçon, avant que nous disparaissions de son champ de vision.

Voilà les amis, une rencontre alembertine émotionnelle que nous avons eu la chance de vivre et que nous nous devions de faire auprès du doyen de notre association, notre frère Marcel. Nous sommes heureux de compter l’ami Marcel parmi nous depuis si longtemps et pour encore un certain temps, c’est tout le vœu que nous formons, au nom de l’association, en ce jour anniversaire.

Amitiés alembertines et personnelles, mon cher Marcel, prend bien soin de toi.

Guylem et Marie-Thé Gohory

« BIO » DE MARCEL
  • Né le 29 mars 1913
  • École d’Alembert : 1927-1931 (typographe)
  • Marié à Andrée Janot (relieuse), le 7 juillet 1936
  • Veuf depuis le 3 janvier 1989
  • Trois enfants : Robert, né le 21 mars 1939 ; Jacques, né le 21 janvier 1943 ; Yvette, née le 19 juin 1946, tous nés à Arpajon.
  • Cinq petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants
  • Carrière professionnelle : linotypiste et responsable d’atelier, à Arpajon, jusqu’à l’âge de 65 ans, avant de prendre sa retraite au « Prétérit », dans le Morvan.

Cliquez sur les deux liens ci-dessous pour lire les deux vidéos