Bonjour,

Alors que nous sommes déjà en avril et que les nouvelles du front alembertin (syndicats ou direction) se raréfient, j’ai pris sur moi d’appeler Robert Caballero himself, le directeur de l’établissement.

Nous avons pu échanger normalement, il a répondu à mes questions sans en éluder aucune. Alors que la Mairie de Paris semblait encline à acheter un établissement à Neuilly-sur-Marne, elle s’est fait « doubler » par un investisseur qui a répondu plus promptement, le vendeur ayant, semble-t-il, selon les propos du directeur, répondu au mieux-disant.

La Marie de Paris a repris son bâton de pèlerin et, de nouveau, serait à la recherche d’un établissement plus proche de Montévrain. Robert Caballero m’a confirmé, contrairement aux rumeurs ou fake news répandues ici ou là, que la Mairie avait bien la VOLONTÉ de conserver un établissement spécifique aux mineurs isolés et en difficulté. Selon ses dires, ce n’est donc pas une FERMETURE en tant que telle mais un changement d’établissement plus approprié et beaucoup moins coûteux.

Toujours d’après le directeur, la rentrée scolaire de septembre 2019 se fera bien au CEFP. Nonobstant, il ne devrait plus y avoir aucun interne. La moitié serait logée chez leurs parents ou des proches, quant aux autres, l’administration leur mettrait à disposition des studios ou autres appartements proches de Montévrain. Une chose est certaine c’est que, dorénavant il n’y aura plus d’internat, même dans le nouvel établissement.

Robert Caballero m’a indiqué que, selon toute vraisemblance, le temps de trouver l’établissement idoine, de signer la vente et, certainement, prévoir quelques travaux, si tout se passe comme prévu, il paraît crédible que la rentrée de septembre 2020 puisse se faire dans le nouvel établissement.

En conclusion, c’est une fermeture du CEFP d’Alembert, mais en aucun cas un abandon définitif pour ces mineurs, puisqu’un nouvel établissement sera proposé en lieu et place de celui d’Alembert, mais un établissement dit de jour, puisqu’il n’y aura plus aucun élève interne.

Voilà tout ce que je pouvais vous dire aujourd’hui sur la situation à d’Alembert. Nous nous sommes promis, avec le directeur, de rester en relation et nous appeler de temps à autre. Pour nos réunions à d’Alembert, nous verrons, car je crains qu’il n’y ait plus de cantine scolaire très rapidement.

Confraternellement.

Guylem Gohory (président des anciens d’Alembert

)