Bonjour,

Je vous relaie l’article du « Parisien Libéré » de la semaine dernière, dont je pense pas mal d’entre vous, je parle des Alembertins franciliens, ont dû voir, puisqu’il est paru dans toutes les éditions de l’Ile-de-France et le journal de Seine-et-Marne !

Cet article a fait un peu de « bruit », puisqu’il déchaîne, comme souvent hélas, les passions sur les réseaux dits sociaux… Chacun y allant de son commentaire fondé ou infondé et tout à l’avenant sur la stratosphère du Net.

Christian Robache, le maire de Montévrain, est évidemment visé et pris à partie dans les commentaires… C’est justement une de ces réponses, où je suis cité qui m’a mis « la puce à l’oreille ». Même si les propos sont fondés, j’ai indiqué au maire, qu’à titre privé et au nom de l’association, je tiens (nous tenons) à rester en retrait, notamment et surtout sur les réseaux sociaux, de cette affaire qui nous dépasse et dont nous n’avons aucun pouvoir en la matière, même si chacun d’entre nous était libre d’avoir son ressenti !

J’ai juste rajouté, si toutefois l’établissement fermait ses portes définitivement, que j’espérais que l’acheteur ne le livrerait pas aux « bétonneurs » et, si possible, que ce dernier conservât sa vocation pédagogique (lycée) et son nom, celui qu’il porte depuis 1882, ni plus ni moins.

Confraternellement.

Guylem Gohory (président des anciens d’Alembert)

Message de Christian Robache sur les réseaux sociaux :

Martine D… oui mon positionnement est clair depuis le début : je souhaite garder une continuité pédagogique sur ce site et je souhaite également le protéger, ce bâtiment était classé au patrimoine communal.

Il me semble avoir été suffisamment clair sur mes intentions lors de la cérémonie commémorative du 11 novembre dernier à Alembert, quand j’ai été à l’AG des anciens de l’école d’Alembert (M. Guylem Gohory pourra vous le confirmer) ou quand j’ai reçu M. COULAMY et une délégation représentant le personnel du CFE l’automne dernier…

Christian B… j’aimerai bien savoir qui a lancé ce bruit qui court… Vos propos sont sans fondements je vous le confirme. Le souhait de la municipalité est d’y maintenir une continuité pédagogique ensuite si l’école est à vendre, la mairie pourrait se positionner pour l’acquérir. Il ne faut pas oublier quand même que nous luttons pour le même combat : sauvegarder le site, au niveau de l’activité et des emplois mais aussi au niveau de son patrimoine. N’oublions pas non plus que c’est la mairie de Paris qui ne répond pas ou botte en touche depuis le début concernant ses intentions..

ARTICLE DU PARISIEN LIBERE ALEMBERT