Bonjour,

Encore un chef-d’œuvre, non pas des arts graphiques, mais d’un artiste, ébéniste de profession et bien plus que cela… Bon j’arrête ici mon apologie, puisqu’au premier coup d’œil vous savez toutes et tous que cette marqueterie est l’œuvre de Robert Raymond, enfant de la Sologne, né en 1932, et marié à Annick.

Cette marqueterie, hormis le fait qu’elle soit réussie, est un véritable emblème pour nous autres, puisqu’elle représente notre fraternelle association et symbolise nos rencontres festives. Ces rendez-vous où, à chaque fois, nous levons notre verre, en entonnant, au propre comme au figuré, un vibrant « A la santé du confrère ».

Cette rengaine populaire qui a résonné durant des décennies dans toutes les entreprises de presse et de Navarre, voire dans certaines grandes imprimeries. Hélas, tout comme les dinosaures et nos professions du livre, cette ritournelle a, elle aussi, disparu des ateliers et des marbres, puisqu’il n’y a plus d’ouvriers du Livre, hormis les rotativistes qui ont réussi à subsister, vaille que vaille, mais pour combien temps encore ?

Alors, soyons fiers, mes « chers confrères » que nous autres, Alembertins, nous ayons su préserver cette antienne historique et festive et qui, j’espère, résonnera encore un « certain temps », tant que notre association résistera elle aussi, ce que je souhaite bien évidemment.

Cette marqueterie mérite mieux qu’une parution sur le site, c’est pour cela que nous aurons plaisir à vous faire une petite surprise. Je n’en dirai pas plus sinon ce ne serait plus une surprise… Soyez patients, nous en reparlerons certainement avant… 2030 !

Pour terminer, je me permettrai, en votre nom, de remercier et féliciter une nouvelle fois l’ami Robert chez qui les ans n’ont aucune prise, puisqu’il reste toujours aussi dynamique et artiste, au sens noble du terme, jusqu’aux bouts des doigts pour notre plus grand plaisir.

Confraternellement.

Guylem Gohory