LE DÉPART

Le jour ou les enfants quitteront la maison
il sera bien trop grand l’endroit où nous vivons.
Quand le feu s’éteindra
parmi les souvenirs,
on se réchauffera
en parlant d’avenir.
Quand leur chambre à coucher
sera celle des amis
il faudra accepter 
nos quelques cheveux gris.
Le temps s’écoulera
comme l’eau sous un pont,
notre vie s’étalera
sans d’autres convictions
quand nos enfants quitteront la maison.

Quand les enfants s’en vont
c’est un rayon de moins,
c’est un peu l’abandon
d’un soleil quotidien.
Quand les enfants s’en vont,
ça nous rend malheureux
on garde au fond des yeux
la tristesse d’un adieu.

Le jour ou les enfants
tous seuls s’envoleront,
il sera encore temps de vivre une passion
et s’il n’est pas trop tard
on pourra voyager
pour chasser le cafard,
pour changer nos idées.

Le jour ou les enfants
abandonneront ces lieux
on prendra en même temps
un sérieux coup de vieux.
Autant se préparer,
prendre les devants
et se faire à l’idée
qu’un jour… ils seront grands.

 

Christian ROUSSILLON

  • Vous pouvez utiliser ces mots-clés HTML : <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <s> <strike> <strong>

  • Flux de commentaires pour cet article
Haut de page