PV de l’AG du 25 avril 2015 (Chezelle)

Membres présents (22) : CASAUS Henri, CHAPUIS Denis, CLAUDE Sylvain, CORMIER Jean-Claude, DAVID Alexandre, ELLEAU Jacques, FIDELAINE Francis, GOHORY Guylem, GOUBAY Pierre, GOUMBRI Louis, LAZ Georges, LECOURT Robert, MONNIER Christian, NARCISSE Claude, PARRA Michel, RAYMOND Robert, RENAULT Bernard, RIELLANT Gérard, ROSSO Richard, SCHERER Jean, SCHRAMM Jean, TIRIOU Jacques.

Pouvoirs (40) : BEIER Jean-Claude, BEIGNET Gilles, BOUSSEYROL Françoise, BOYER Patrice, CARVAL Françoise, CHAPALAIN Martine, CONSALVO Camille, DE JOIE Denise, DEFLORENNE Françoise, DEMAZURE Raymond, DESHAYES Roland, DREYER Jacques, DUBOIS Jacky, DURAND Patrice, GERMAIN André, GILLET Jacques, GODFROY Anne-Marie, HENRI Jean, HENRI René, HIRAM Jean-Claude, HULEWICZ Roger, JAMPOLSKI Marc, L’HARIDON Gérard, L’HÉLIAS Jean-Marc, LÉONETTI Léonard, LÉONIDE Louis, LEPAGE Jean-Louis, MENOUBI Bernard, MICHAL-KOVA Michel, MOLLET Jeannine, PONTET Henriette, RATIER Jean-Claude, ROCHE Roger, ROUSSILLON Christian, SIMON-BROSSARD Roger, TALON Paul, TRELEVIER Jean, VALLÉE Danielle, VIALLETON Yves, WISZNIAK Henri.

Absents (excusés) : AURIOL André, MOUTOTE André, MEHEUST Marcel, BENEDETTI Alain, PETITJEAN-LÉGEROT Jacques, THOMAS Michel. 

Accueil des participants

Alors qu’il est tout juste 9 heures, les participants sont chaleureusement accueillis  par un copieux petit-déjeuner servi, pour la circonstance, par nos charmantes hôtesses de service, les épouses Jeanine (CLAUDE), Marie-Thé (GOHORY) et Colette (RIELLANT).

Vingt-deux (22) adhérents, accompagnés de leurs épouses ou compagnes, ont rejoint la petite commune de Chezelle, dans l’Allier, village cher à Colette Riellant et Gérard, votre « serviteur », qui siège au Conseil municipal. Il est vrai que 22 copains, cela représente peu de monde par rapport aux 254 adhérents. Sans vouloir chercher des excuses à 1 €, il faut savoir que plusieurs amis ont dû renoncer à cause de problèmes de santé, d’autres étant en vacances. Toutes et tous se sont fait excuser au préalable.

Quarante (40) pouvoirs sont arrivés au secrétariat, moins que l’an passé et, surtout, que les années précédentes. A l’avenir, il faudra certainement prévoir l’envoi des pouvoirs, également via les réseaux du Net.

L’assemblée générale peut commencer

À 10 heures, dans un certain brouhaha, notre président invite les participants à venir s’asseoir et incline les membres du bureau à prendre place à la table de réunion. Il remercie les participants pour leur présence. Il salue et présente à l’assistance M. Mélon, le maire de la commune, avant de lui céder la parole. Le premier magistrat de cette charmante bourgade remercie le président de l’association d’avoir choisi « sa » commune pour tenir cette assemblée générale ainsi que tous les membres présents. Dans son propos liminaire, il fait une présentation non exhaustive de sa commune. Il souhaite une bonne réunion à l’assemblée et promet de revenir aux alentours de 12 h 30 pour partager le verre de l’amitié avec nous autres.

À 10 h 20, le président Guylem Gohory déclare la séance ouverte. En préambule, il demande une minute de silence pour tous les amis(e)s disparu(e)s lors de l’année 2014.

Lecture du procès-verbal de l’assemblée générale du 5 avril 2014

Le président donne la parole à Francis Fidelaine (1er vice-président). Francis nous fait la lecture du procès-verbal de l’assemblée générale du 5 avril 2014, qui s’est tenue au sein de l’école d’Alembert. Ce dernier ne suscite pas de commentaires particuliers, juste quelques précisions ici ou là. Le compte rendu est approuvé, dans son intégralité, à l’unanimité.

Taxe d’apprentissage

Francis Fidelaine, en charge de la taxe d’apprentissage (TA), indique à l’assemblée que le dossier a été « rebâti » entièrement et adressé aux instances administratives ad hoc, via les réseaux de l’Internet, comme la réglementation (nouvelle) l’exige, dorénavant. En 2014, l’association n’ayant pas été prévenue à temps du changement de mode opératoire mis en place par le Département de Paris (dématérialisation du dossier), nous n’avons, hélas, perçu aucune somme au profit de la caisse des écoles.

Pour l’année 2015, depuis quelques années la formation dispensée à d’Alembert n’étant plus en adéquation avec les entreprises de presse, il faut s’attendre à ne plus percevoir (ou à la marge) de « subventions » de la part de ces dernières. C’est déjà le cas, malheureusement, pour la Saci JO (« Journal officiel »), alors que ce journal d’État était le plus « gros » contributeur au niveau de la TA. On peut craindre que le quotidien « l’Équipe » lui emboîte le pas rapidement. Des lettres et des documents ont été adressés aux entreprises de transport et de logistique, en collaboration avec les professeurs et la direction de l’école. Francis remercie notre ami Christian Monnier pour sa contribution, au niveau de la taxe d’apprentissage, via son entreprise de transport, ayant son siège social en Saône-et-Loire.

Le président reprend la parole pour énoncer qu’un projet — encore à l’état embryonnaire — pourrait voir le jour au niveau de l’école, via l’intermédiaire de l’association et un concours extérieur…

Compte rendu financier et budget prévisionnel

Le bilan financier de l’association et le budget prévisionnel ont été préparés — au début du mois de janvier — par Janine (comptable de profession), l’épouse de notre trésorier Sylvain Claude. Sylvain nous fait l’honneur de faire son retour au sein du bureau, après plus de deux ans d’absence. Notre président se félicite de ce retour, alors que l’assemblée applaudit vivement notre ami.

Tous les adhérents présents dans la salle ayant en main le nouveau bulletin, ils peuvent scrupuleusement suivre la présentation du budget et les éclaircissements comptables de l’ami Sylvain. Celui-ci nous explicite clairement les différentes lignes du bilan et nous détaille le budget prévisionnel. Gérard Riellant (qui a fait œuvre de trésorier durant ces deux dernières années) apporte quelques compléments d’information à l’auditoire. Il a participé, avec Janine, à l’élaboration du dernier bilan financier.

Guylem Gohory souligne la bonne tenue de nos finances due à une gestion à l’auvergnate, selon ses propos, non dénués d’humour. Plus sérieusement, il tient à souligner que l’apport de l’informatique a permis, sans aucun doute, des économies d’échelle, fonctionnellement parlant.

Il répond, appuyé en cela par les membres du bureau, précisément à une question relative aux sommes déposées sur le livret d’épargne. Cette thésaurisation (précaire) suscite quelques interrogations, notamment de la part de l’ami Philippe Régnault. Ce dernier nous indique « qu’une association ne doit faire aucun bénéfice en fin d’exercice ». Le président signale que les sommes indiquées serviront, en cas de « vaches maigres », notamment lorsque la subvention ne nous sera plus allouée. Il en sera de même, lorsque nous serons dans l’impérieuse nécessité de faire imprimer tous nos documents (non plus gratuitement), grâce à la bienveillance de l’ami Gilles Beignet, sans occulter les aléas ou les dépenses imprévues. Le président (en bon Auvergnat) indique à l’assemblée que « tout ce qui est engrangé ne craint pas l’hiver ». Il vaut mieux prévoir que se trouver confronter à une situation financière inextricable, sachant que l’on ne peut pas indéfiniment augmenter les cotisations. Pour lui, gérer c’est prévoir ou vice-versa !

À ce jour, 158 adhérents sur 254 se sont acquittés de leur cotisation. Il reste à battre le rappel pour une centaine d’adhérents. Guylem signale que quelques copains ont encore l’année 2014 en retard. Il se dit inquiet, sachant qu’au-delà d’un an d’arriérés, bien souvent les copains ne donnent plus suite, c’est une certitude. Il se dit circonspect sur le paiement des cotisations à l’avenir.

Admissions et radiations

Gérard Riellant signale à l’assistance que, depuis la dernière assemblée générale du 5 avril 2014, 14 nouveaux « anciens » sont venus rejoindre l’association ainsi que trois adhérents, en qualité de membres amis.

Huit adhérents ont demandé, à titre personnel, de ne plus faire partie de l’association.

Vingt-cinq, en retard de cotisations, souvent plus de 3 ans (avec 2015), ont été radiés. Ces radiations ne sont pas intervenues par le seul « fait du prince », de manière coercitive, tant s’en faut. De très nombreux rappels ont été faits par courrier, à l’encontre de tous ces copains. Durant plus de six semaines, au début de l’année 2015, notre président a rappelé un à un TOUS ces adhérents pour tenter de savoir pourquoi ils ne payaient plus. Bien souvent, ces derniers lui ont expliqué qu’ils n’étaient plus intéressés par l’association, d’autres arguant qu’ils avaient des nouvelles par le site et que cela leur suffisait amplement. Certains n’ont pas toujours donné d’explications très « orthodoxes » !

Rapport moral (les grandes lignes d’un rapport à lire sur le site)

Notre président, en préambule, signale, avec une pointe d’humour, que ce dernier est assez long (volontairement), mais qu’il est écrit avec des « mots rudimentaires », sans locutions latines ou grecques, ce qui déclenche quelques hilarités dans la salle. Guylem retrace l’historique de ces quatre années de mandature, depuis l’assemblée de Lusigny, où il a eu l’honneur et le plaisir de « prendre » la présidence de notre « vieille Dame ».

Il souligne ses objectifs de départ, en 2011, qui n’ont pas varié d’une « virgule », encore aujourd’hui. Il a ambitionné donner un « coup de fouet » à notre association. Pour cela, il a voulu « bousculer » quelque peu nos us et coutumes ainsi que notre mode de fonctionnement qu’il a trouvé pas assez « ouvert » et/ou dynamique, selon ses propos. Il admet, bien volontiers, que les copains ont pu être inquiets, voire troublés et déstabilisés (comme votre secrétaire à l’époque, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui) par ce « dynamisme » et cette envie de bousculer « l’ordre établi » par notre tout nouveau président.

La recherche de nouveaux adhérents a porté ses fruits (41 à ce jour). L’installation du site alembertins.fr a permis de communiquer RAPIDEMENT et plus facilement entre nous et de diminuer sérieusement les frais d’envoi et, surtout, de recréer du LIEN SOCIAL entre nous.

Les relations avec la direction de l’école se sont améliorées, puisque désormais nous avons nos bureaux à d’Alembert. Guylem souligne la présence de l’association dans les diverses manifestations (fêtes de fin d’année scolaire, repas de Noël, 11 novembre, réunions du Conseil de la vie sociale). Il est précisé que, depuis le 1er janvier 2014, la somme allouée par l’association à la caisse des écoles a été doublée, soit 600 €. Si on ajoute la participation financière à l’achat de matériel de sécurité pour la fête de l’école, l’association a décaissé une somme de 730 € pour l’année 2014 pour les activités culturelles des élèves. À la fin de son exposé, notre président remercie les uns et les autres et fait l’éloge de TOUTE « son » équipe qui, durant ces quatre années, a participé à la vie et à la bonne marche de notre association.

Ces considérations appuyées envers les uns et les autres ont pu faire croire à l’assemblée au « chant du cygne » de la part de notre président, alors que la conclusion nous a indiqué qu’il n’en était rien. Pour terminer, Guylem nous énonce qu’il « n’a qu’une seule ligne d’horizon : que se perpétue, voire s’affirme et se renforce nos liens pour que perdure notre fraternité alembertine… Vive l’association, vive d’Alembert » !

Courrier (version papier)

L’avènement de l’informatique a, sans aucun doute « bousculé » les habitudes et « sonné le glas » à plus ou moins brève échéance des « nouvelles de… » version papier. Depuis un certain temps, nous ne recevons peu de courriers ou de nouvelles par voie postale… La plupart, pour ne pas dire l’essentiel des informations, se retrouvent sur le site alembertins.fr.

Site alembertins.fr

Guylem rappelle que la tenue d’un site est énormément de travail, qu’il faut le surveiller, l’entretenir informatiquement et, surtout, l’alimenter en copie, comme pour un journal papier. À cet égard notre président met le « doigt là où ça fait mal », à savoir que très peu de personnes (5-7 %) écrivent sur le site. Suite à une petite controverse, les textes « incriminés » ont été retirés, afin de ne pas « alimenter » une quelconque et inutile polémique. Le président spécifie qu’il avait mis de côté, durant une dizaine de jours, ses propres articles, avant de les réintégrer. Certains « écrivains », quelque peu contrariés par la tournure des événements, ont décidé de ne plus écrire sur le site, avant de se raviser, pour la plupart d’entre eux.

Guylem, agréé par les membres du bureau, indique que le site, hormis l’aspect informatif (incontestable) et le lien « social » induit auprès des copains « connectés », nous a permis de réaliser de substantielles économies. Le président en profite pour remercier son fils, sans qui rien n’aurait été possible à ce niveau, sauf à dépenser des milliers d’euros, alors qu’il ne nous en a coûté que 500 € à la création et que n’avons plus dépensé le moindre euro depuis plus de quatre ans !

Dans un souci permanent d’aller de l’avant, sans occulter la réduction (probante) des coûts de fonctionnement et de gestion, notre président annonce que le site, à l’avenir, devrait pouvoir être hébergé (gratuitement) sur le serveur de l’entreprise que son fils vient de créer.

46e banquet du Morvan (Sauvigny-les-Bois)

Guylem nous narre l’historique des événements qui ont « bouleversé » l’organisation qui avait été prévue en amont, avant d’être actée et approuvée le jour du banquet du Morvan, à Orval, lors de l’annonce faite devant TOUT LE MONDE. Notre président nous fait part de sa « tristesse » devant ces vils comportements, mais refuse d’entretenir une quelconque polémique, préférant ne retenir que le côté « positif » et mettre ses « sautes » d’humeur sur le compte d’un mal-être. Après tous ces atermoiements, tout est désormais rentré dans l’ordre. Jacques Petitjean-Légerot, Claude Didry et… notre président sont les « gentils » organisateurs de notre 46e banquet du Morvan qui se déroulera le 11 juillet, à Sauvigny-les-Bois, à proximité de Nevers (58). La salle a été réservée ainsi que le traiteur et l’animateur. Il reste quelques détails à régler, notamment la « paperasserie » et la trésorerie, sans omettre les badges et les pancartes en possession de Roger Haccourt.

Les documents pour la réservation des hôtels et le bulletin de participation ont été adressés par courriel ou par lettre à tous les adhérents dès le mois de février. Guylem nous informe qu’il faut au moins 140 convives le midi et une centaine le soir pour « rester dans les clous », à savoir que le prix de l’inscription (inchangé depuis 7 ans) couvre TOUS les frais engagés, ce qui est primordial.

Francis Fidelaine enchaîne, en nous faisant part de la proposition suivante, suite à l’idée de covoiturage émise par Georges Laz. Pour permettre à certains amis souffrants de participer au banquet, il a retenu un minibus de neuf places pour un montant 340 € pour tout le week-end. Il indique qu’il impératif d’opérer la réservation de ce minibus longtemps à l’avance, notamment en période estivale. Cette « opération » pourrait poser des problèmes au cas où, au dernier moment, certains de ces copains devaient déclarer forfait.

Francis demande si, éventuellement, l’association ne pourrait pas prendre en charge une partie de cette somme, au cas où ce minibus n’était pas « rempli » ? Il est admis que nous ne pouvons pas laisser supporter la charge financière de ce minibus à deux familles, le cas échéant. Dans un souci d’équité envers tous les membres de l’association, il est impératif de mettre ce sujet à l’ordre du jour lors d’une prochaine réunion. Le « dossier » mérite de l’attention de notre part, notamment avec les incertitudes énoncées et les aléas financiers qui pourraient en découler pour notre trésorerie, si cette « opération » devenait la norme à l’avenir. Francis a pris contact avec Henri Wiszniak, Bernard Noël, Pierre François, Jean Aubert et les épouses. À l’heure où nous sommes réunis, tous sont d’accords pour venir à Sauvigny-les-Bois, avec une réserve pour Pierre François et son épouse. Guylem verra avec Jean-Marc Lhélias et Gilles Beignet, l’opportunité de louer un deuxième minibus pour conduire les familles Moutote, Meheust et Bertrand.

Questions diverses

Jean-Claude Cormier prend la parole pour évoquer quelques sujets qui lui tiennent à cœur. Il tient à féliciter notre président pour son action. Il est heureux de voir le bon état d’esprit qui règne entre les membres du bureau et le conseil d’administration. Lui, qui est très impliqué depuis cinquante ans dans la vie de (son) association, se dit satisfait de la bonne marche de cette dernière, regrettant au passage le manque d’implication de certains copains. Il est ravi de voir que les « discordes » –  qu’il avait semblé discerner – entre les uns et les autres, n’ont pas ou plus aucune raison d’être si, toutefois, elles ont existé. À cet égard, notre président demande à TOUTE l’assemblée et à TOUS les adhérents de ne PAS ou PLUS appelé Jean-Claude ou un autre membre du bureau quand il ou elle a des griefs contre le président ou tout autre personne du conseil d’administration, voire un adhérent. Il supplique INSTAMMENT les uns et les autres à l’appeler DIRECTEMENT, afin de ne plus se perdre en conjectures aussi vaines qu’inutiles, nous évitant ainsi la moindre suspicion, qui peut toujours « déboucher » sur une « mauvaise » polémique. L’assemblée a pris acte de cette (saine) sollicitation.

Election des membres du conseil d’administration

Celui-ci est composé de 14 membres.

  • Quatre sont rééligibles : Guylem GOHORY, Francis FIDELAINE, Alexandre DAVID, Jean SCHERER.
  • Trois démissions au niveau du CA : André MOUTOTE, Bernard RENAULT, Jacques TIRIOU.
  • Une démission de l’association : Anne-Sophie TRIAT.
  • Un postulant : Richard ROSSO.

Guylem présage de faire entrer au conseil d’administration, à l’avenir, les copains Patrick BONNEROT et Jean-Marc L’HELIAS. Les autres membres ne sont pas soumis au vote. Le président demande que nous procédions à l’élection. Pas de vote contre, ni d’abstention, tous les membres sont réélus à l’unanimité.

Tous les membres du conseil d’administration se retirent dans une salle annexe pour débattre et désigner les membres du bureau.

Francis, en préambule, fait une intervention en soumettant aux copains l’idée de se retirer du poste de vice-président pour ne pas « faire d’ombre à notre président », tout en gardant ses fonctions de responsable de la TA. Guylem, quelque peu surpris par cette « proposition », refuse tout de go cette dernière et demande à Francis de rester premier vice-président, ne voyant pas en quoi la « fonction » de vice-président peut ou pourrait lui faire « ombrage ». Nous demandons à Guylem de rester notre président, les autres membres sont maintenus dans leur fonction.

LE BUREAU

  • Président d’honneur : André AURIOL
  • Président : Guylem GOHORY
  • 1er vice-président : Francis FIDELAINE
  • 2e vice-président : Alexandre DAVID
  • Trésorier : Sylvain CLAUDE
  • Trésorier adjoint : Richard ROSSO
  • Secrétaire : Gérard RIELLANT
  • Secrétaire adjoint : Gilles BEIGNET
  • Autres membres : Marc JAMPOLSKIJean JACINTHEJean SCHERER
    Jean SCHRAMM

Pot de l’amitié

Les adhérents et leurs épouses attendent placidement devant la table pour partager le verre de l’amitié offert par la municipalité. Janine et Colette servent nos amis, qui ne se font pas prier pour se rafraîchir le gosier, tout en se délectant de la délicieuse brioche aux grattons, en présence du premier édile, de retour parmi nous.

Après l’annonce des résultats par le secrétaire, le (nouveau) président prend la parole pour remercier l’assemblée. Il est grand temps, alors, de partager le verre de l’amitié, en amorçant un ardent « A la santé du confrère » qui fait vibrer les murs de la salle des fêtes de Chezelle, devant M. Mélon, qui reste quelque peu « interdit ». Nous offrons — à l’occasion — quelques brochures relatives à l’école d’Alembert, au maire de la bourgade de Chezelle, avant de prendre la direction de Bellenaves.

Repas à « l’Hostellerie du Château », à Bellenaves

Quelques minutes suffisent pour que nous nous retrouvions dans cette cité bourbonnaise, à la « taverne » de « l’Hostellerie du Château », pour partager un excellent repas. Entre « la poire et le fromage », c’est le moment que nous choisissons pour « entonner » un enflammé « A la santé du confrère », véritable cri de guerre de l’équipe alembertine, en l’honneur de tous nos amis absents. Celui-ci a été « retransmis » en direct, via le téléphone, à l’ami et ancien président André Auriol, que nous avions appelé tout exprès, pour l’occasion. Un grand moment de félicité, tant pour André que pour nous autres. « Loulou » Goumbri, un peu le régional de l’étape, a regretté que le vin ne soit pas du Saint-Pourçain. Les plats (excellents) ont contribué à engendrer une excellente ambiance durant tout l’après-midi.

Clap de fin

À 17 heures, le moment est venu, hélas, pour la bande des joyeux Alembertins de se dire au revoir. Toutes et tous sont enchantés de cette belle journée de l’amitié alembertine passée chez nos amis Bourbonnais, que la fratrie ne manque pas de remercier, une dernière fois, pour leur accueil. Tout le monde (ou presque), se promettant de se retrouver très prochainement, à Sauvigny-les-Bois, le 11 juillet, à l’occasion de notre prochain banquet du Morvan, un autre grand moment en perspective !

Gérard Riellant (secrétaire de l’association) avec la coopération de Guylem Gohory

  • Vous pouvez utiliser ces mots-clés HTML : <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <s> <strike> <strong>

  • Flux de commentaires pour cet article
Haut de page