Poésie confinée

L’hiver en son terme a planté cette année
En terre printanière une plante empoisonnée
Une guerre mobilise des soldats soignants désarmés,
Couloirs encombrés aux masques protecteurs égarés !

Au regard du confinement, d’une claustration mondialisée,
La poésie curative, aux fenêtres, à la rescousse est appelée.
Médecins, infirmières, travailleurs usent leur énergie, au seuil
De ce virus ravageur, dans l’espoir à terme d’éviter le deuil.

En ce printemps naissant au coin des rues,
Oublions les ragots, rires et mains tendues,
Les rassemblements fraternels à l’avenir incertain,
Les cérémonies du souvenir de la vie d’avant !

Privés de grands bras ouverts et voies familières
De ceux que nous aimons et choyons en nos cœurs.
Ignorant l’espace et le temps, l’angoisse et la peur
Sourd aux lamentations le confinement est planétaire.

Avec le confinement, l’esprit doit rester vigilant,
Confiant, en savourant et respectant le moment présent,
Sans rechercher à tout prix « cette vie  d ‘avant »,
Pour ce préparer au passage du « déconfinement » !

Chaque matin dans sa douceur soyeuse et bleutée,
On admire la courbe du ciel de pureté enivrée,
Plus de longues et nombreuses trainées blanches
Issues du trafic aérien, le ciel savoure sa revanche !

La nature est apaisée par cet étrange et long silence
Des hommes et leurs voitures, car tout est dolence.
Dans les haies et buissons, les oiseaux chantent la liberté
« À vol d’oiseau », libre dans le ciel de sillonner et planer !

De fleur en fleur l’abeille bourdonne de plaisir
Elle butine chaque jour du matin au soir
Habillée de sa jolie robe jaune et noire
Où sont cachés des secrets que nul ne peut découvrir.

Sous une brise légère, la poésie confinée et éprouvée
Face à la vanité des discours, elle attend le déconfinement ?
La poésie a offert d’autres pensées que celle des écrans
Laissons aux pensées le temps de naitre, sans êtres refoulées !
La poésie rêveuse apporte une parole de vérité
Protégée par son évidente et naïve fragilité !

Déconfinement votre.

Robert Raymond

Le 51e banquet du Morvan est annulé

Après avoir pris le temps de la réflexion et sollicité l’avis de TOUT LE MONDE, en comptant les appels téléphoniques, 37 copains se sont prononcés (soit l’équivalent, peu ou prou) de 75 participants au banquet. Sur ces 37 personnes, 36 ont répondu, sans réserve, pour que nous ANNULIONS sine die notre 51e rendez-vous étésien, une personne a proposé qu’il soit reporté en SEPTEMBRE !

Après avoir « rebouclé » – ces jours derniers – avec les organisateurs et Gérard, Patrick et Richard, la décision est sans appel, TOUTES ET TOUS sont à l’unisson pour ANNULER LE 51e BANQUET DU MORVAN prévu à Alligny-en-Morvan.

Hormis les inconnues sanitaires, à ce jour, il est évident que nous ne pouvons pas prendre de risques inconsidérés. Si, par malheur, il arrivait des problèmes de santé à certaines personnes, suite à notre banquet, hormis le fait que ce serait une lourde RESPONSABILITÉ MORALE, elle pourrait s’avérer JURIDIQUE en cas de décès.

Pour le report, là aussi vous êtes unanimement CONTRE, certains m’ont susurré qu’il faut faire une croix sur TOUTES les manifestations 2020. Nous verrons, pour l’instant, nous gardons en ligne de mire la cérémonie du 11 novembre, à d’Alembert, ce sera (éventuellement) notre SEUL RENDEZ-VOUS.

LE BANQUET 2021  À ALLIGNY-EN-MORVAN, LE 24 JUILLET

Après en avoir conféré avec les uns et les autres, la décision, à l’unanimité, a été prise de reconduire l’édition 2021 à Alligny-en-Morvan, le samedi 24 juillet, avec les MÊMES ORGANISATEURS.

Nous sommes tous conscients que c’est un crève-cœur pour nous de devoir nous priver de notre rendez-vous fraternel. Hélas, nous ne sommes pas les seuls, puisque toutes les manifestations (grandes ou petites) sont annulées les unes après les autres. Il reste à espérer que ce Covid-19 nous permette, ces prochains mois, de retrouver une vie « normale » ou presque puisque, paraît-il, rien ne sera(it) comme avant !

Voilà, les ami(e)s, c’est triste, mais nous devons penser à notre santé, c’est la PRIORITÉ ABSOLUE… Gageons qu’après 2020, annus horribilis, 2021 soit l’année de la renaissance, de l’amitié et des retrouvailles. Augurons que le 24 juillet 2021, nous serons très NOMBREUX à nous retrouver autour d’une bonne table morvandelle pour faire la fête dans l’ALLÉGRESSE et la FRATERNITÉ enfin retrouvée.

Prenez soin de vous, confraternellement.

Guylem Gohory (président des anciens d’Alembert)

Photos souvenirs en hommage à Yves Vialleton

La première photo est une image qui date de juin 1971, lors d’un petit spectacle à la salle des spectacles, à d’Alembert… On y reconnaît notre désormais regretté camarade Yves, à la guitare, avec Bernard Deflisque, dit le « Corbeau » (ébéniste, un copain de notre promo également) qui, selon mes infos, pourrait être décédé…

À droite, au tambourin, vous aurez tous reconnu notre célébrissime Pierre Goddefroy (la « Puce »)… Sacré époque, celle où nous étions « jeunes et beaux », voire un peu insouciants  !

Guylem Gohory

Jean-Marc Génar nous a quittés

C’est via un message laconique de Françoise Monrat, son ex-compagne, que je viens d’apprendre la triste nouvelle, le décès de notre copain Jean-Marc Génar.

J’avoue que, lorsque Jean-Marc Lhélias m’a appelé l’autre jour, après qu’il a rendu visite à Jean-Marc Génar, j’étais quelque peu inquiet, mais je ne pensais que la mort vint le « faucher » aussi vite.

Jean-Marc, de l’agence de Prémery, était UN COPAIN DE MA PROMOTION (1968-1972), section ébénisterie. Jean-Marc était un garçon charmant, d’humeur toujours égale, toujours prêt à rendre service, un épicurien et c’était, surtout, un PROFESSIONNEL hors normes, un véritable talent à l’état pur, un ébéniste aux « doigts d’or ».

Après avoir exercé ses talents, quelques années dans l’industrie, tandis que le soir il prenait des cours à l’école Boulle, à la fin des années 70, il fait son entrée, à nouveau, à l’école d’Alembert, cette fois-ci comme professeur, où il fit preuve de son talent et de sa pédagogie durant une trentaine d’années. Au cours de sa carrière il a eu comme chef des travaux, un certain Jean-Jacques Varachaud (promo 1965-1969), un ancien d’Alembert que nombre d’entre nous ont bien connu.

Sur la fin de sa carrière, hélas, l’ébénisterie ayant fermé ses portes, il a officié au niveau du dessin et des arts plastiques. C’est le 3 juillet 2014, après une brillante carrière, où tous ses collègues, le personnel et la direction louaient son professionnalisme, son altruisme et sa bonne humeur, qu’il a décidé de faire valoir ses droits à la retraite. J’ai eu la chance, avec plusieurs copains, lors de la fête d’été de l’école, d’être présent à ses côtés pour sa dernière journée à d’Alembert.

Jean-Marc était un Montévrinois de cœur, puisqu’il résidait rue Bonne-Mouche, comme un certain Jean Curot. Depuis longtemps, il se retrouvait chez lui ou au « Vieux Théâtre » avec un autre ancien, Michel Soyer (promo 1966-1970, bois) qui, lui, a résidé, durant de nombreuses années, rue Bonne-Mouche, en qualité de locataire chez… Jean Curot et qui a fait carrière au sein de la Mairie de Paris.

Michel, jusqu’au bout, a été présent auprès de Jean-Marc, il l’a accompagné jusqu’à son dernier souffle. Ce soir, j’aurai également une pensée pour lui, car je sais qu’il va être inconsolable de la perte d’un frère, le mot n’est pas trop fort.

Moi aussi, en écrivant ces quelques lignes, j’ai un peu de vague à l’âme, je suis triste qu’un si bon copain nous quitte à l’aube de ses 65 ans.

À Françoise, son ex-compagne, ainsi qu’à ses enfants et à sa famille, je présente, au nom de l’association, nos condoléances à la famille de Jean-Marc et les assure, modestement, de notre soutien alembertin.

Adieu l’ami « Gégène » !

Confraternellement.

Guylem Gohory (président des anciens d’Alembert)

AG le 25 avril au CEFP d’Alembert

Je viens de m’entretenir avec Robert CABALLERO, le directeur du CEFP d’Alembert. Je suis donc en mesure de vous annoncer que notre assemblée qui se déroulera le SAMEDI 25 AVRIL pourra se tenir dans l’enceinte du CEFP.

J’ai vu avec lui pour la restauration, notamment savoir si Didier CASSAGNAVÈRE serait toujours dans les murs et n’aurait pas fait jouer ses droits de départ à la retraite. A priori, il devrait être encore aux manettes et, de toutes les façons, le directeur m’a indiqué que tout sera fait pour que nous puissions nous restaurer le midi et pouvoir profiter d’un petit-déjeuner pour nous accueillir dès 9 heures.

Voilà les ami(e)s, nous pourrons (certainement), pour la dernière fois, nous retrouver dans notre ancienne école pour partager un bon moment. Aussi, je vous invite à répondre nombreux à cette « invitation » avant que l’école ne fermât ses portes définitivement.

L’ami Richard Rosso est en train de faire du lobbying via le réseau Facebook et le lien RETROUVAILLES ALEMBERTINES pour tenter de décider les générations des années 80-90 à nous rejoindre et, pourquoi pas, adhérer à nos desseins, même si, hélas, c’est peu probable, tout en sachant qu’il nous faut savoir positiver en toutes circonstances…

Robert Caballero m’indiquait qu’ils sont sur une « bonne piste » pour un établissement situé à Noisy-le-Grand, même si rien n’est encore signé. Il a tenu à me préciser (pour faire taire certaines rumeurs !) que même s’il n’y a plus d’internat que « d’Alembert » existera sous une autre forme et dans un autre lieu. Dont acte !

Vous aurez plus amples informations sur l’organisation de notre journée du 25 avril, notre secrétaire se chargera de vous donner les précieuses informations, via un « 4 pages » spécifique à l’événement.

Confraternellement.

Guylem Gohory (président de l’association des anciens d’Alembert

Des nouvelles de Camille Consalvo

Bonsoir Guylem,

Merci à Francis pour ce joli texte qu’il nous a fait parvenir et qui nous rappelle combien il est important dans la vie, de ne pas se sentir oublié.

Pendant les quatre années passées à l’école d’Alembert, le midi, nous étions regroupés devant le réfectoire et avant d’y entrer, M. Vandyck, notre surveillant, distribuait le courrier. Nous étions tous, très attentifs et très heureux lorsque l’on entendait l’appel de notre nom, car cela signifiait que quelque part, quelqu’un avait pensé à nous. Pendant ces années, j’écrivais beaucoup, des lettres, des cartes postales et bien sûr, en contrepartie, j’attendais des réponses. Actuellement, j’ai toujours quelques cartes de 1946 et 1947 que j’avais expédiées à ma mère nourricière et qu’elle avait soigneusement conservées.

Au régiment, ou encore pendant mon rappel en Algérie, l’heure du courrier était toujours un moment très attendu. Fiancé, j’écrivais de longues lettres enflammées à ma promise, et en échange j’avais le plaisir d’en recevoir d’aussi longues.

Plus tard, une fois marié, à la maison je me suis occupé du courrier. J’échangeais de longues lettres avec la famille et les amis.

Progressivement, le téléphone a remplacé les lettres et même les cartes annuelles de vœux. Seules les cartes postales ont toujours été envoyées depuis nos lieux de vacances.

Actuellement, les jeunes ne prennent plus le temps d’écrire une carte postale quand ils voyagent, ils préfèrent vous envoyer un petit message et une photo avec leur Smartphone. C’est une autre façon de communiquer, qu’il faut admettre, mais c’est aussi une autre façon de vous témoigner de l’affection et de ne pas vous oublier.

Aujourd’hui, à 87 ans, j’écris rarement et mes amis sont comme moi, nous nous contentons d’un coup de fil de temps à autre.

Je suis d’accord sur le principe, qu’écrire quelques lignes à un ami âgé et malade peut lui apporter un certain réconfort et lui prouver votre amitié en ne l’oubliant pas, mais écrire à quelqu’un avec qui l’on n’a jamais communiqué, fût-il ancien de notre école, me paraît difficile. Je ne dois pas être le seul à penser de cette façon, quand je constate le peu de commentaires sur le site et sur nos messageries.

Bien sûr, chacun est libre de penser et de faire ce qu’il veut. Amen.

Amitiés et bonne santé à tous.

Camille CONSALVO

Compte rendu du conseil d’administration du 22 janvier 2020

Présents : BEIGNET Gilles, DREYER Jacques, GERMAIN André, GOHORY Guylem, GINESTET Patrick, JACINTHE Jean, L’HÉLIAS Jean-Marc, RIELLANT Gérard, ROSSO Richard.

Excusé : FIDELAINE Francis.

Après le repas pris ensemble dans le mythique restaurant le « Stop Cluny », les membres du bureau, accompagnés de quelques copains, se rendent au siège de l’association, 3, rue Japy afin de développer l’ordre du jour.

Il est 15 heures 15, le Président ouvre la séance.

Guylem fait remarquer, qu’à ce jour, tous les membres du bureau sont des provinciaux, sachant que notre trésorier aura rejoint (définitivement) son domicile bourbonnais dans quelques jours.

Le secrétaire donne lecture du procès-verbal du CA du 11 novembre 2019.

Il a été adopté à l’unanimité.

La date de l’assemblée générale a été fixée pour le 25 avril 2020, Guylem va prendre contact avec le directeur pour l’organiser à Alembert. M. Caballero ayant proposé une visite des locaux si cela nous intéressait. Par contre, reste à définir le lieu du repas !!! Nous vous tiendrons au courant ultérieurement. Richard propose de rédiger un article pour le faire paraître sur le réseau social Facebook, à la page « Retrouvailles Alembert » afin de tenter de sensibiliser des jeunes pour nous rejoindre en cette occasion, sachant que les locaux sont vides.

Dans le cadre de cette manifestation, Guylem propose de fêter les 120 ans de notre association et demande au trésorier de prévoir une organisation un peu plus festive pour honorer notre « grande Dame », même si elle a changé de nom au cours des années. Nous comptons sur une PARTICIPATION MASSIVE à cet événement. Le prix du repas sera de 30 €.

Lecture du courrier

Suite au changement d’adresse de notre trésorier, c’est le secrétaire qui collecte les cotisations, il constate que tous les adhérents joignent un petit mot d’encouragement et de félicitations aux membres du bureau pour la BONNE MARCHE DE L’ASSOCIATION et présentent leurs vœux à tous les copains, cela fait plaisir.

Lors de ses vœux, Francis Fidelaine nous donne des nouvelles d’Henri Wiszniak et de son épouse qui sont en EPHAD depuis quelques jours, ils s’habituent doucement à leur nouvelle vie, ainsi que de Bernard et Fanfan Noël qui, eux aussi, sont en EPHAD à Colombes depuis 3 mois, tous vous donnent le bonjour. N’hésitez pas à correspondre avec ces copains.

Quant au courrier sur le site !!! Toujours autant d’animation !!!! Histoire sans paroles !!! « Beaucoup » préfèrent utiliser la messagerie électronique.

Gérard a reçu du courrier de Mesdames Clochard, Chapalain et Landais pour la nouvelle année, Patrick a reçu une vingtaine de cartes de vœux avec les cotisations.

Guylem a reçu une lettre de HENRY René, ce dernier fait part de sa volonté de faire un don de 500 € à son décès et demande la marche à suivre.

 

51e banquet du Morvan

Comme prévu il se déroulera à Alligny-en-Morvan le samedi 18 juillet 2020. La décision, a été prise, à l’unanimité, que le repas du vendredi soir se fera à « la Coperie ». Si des participants ont des difficultés pour se déplacer, des copains se proposeront pour vous conduire sur le site. Dans ce cadre, il y a des locations de chambres, nous vous ferons parvenir les coordonnées dans le 4 pages du banquet. L’animation sera assurée par le même animateur que nous avons apprécié à Chissey-en-Morvan.

Depuis 13 ans le prix était inchangé, mais les charges fixes étant en augmentation nous avons déterminé la participation à 63 €.

Un petit retour sur celui de Saint-Fargeau, après beaucoup de discussion Guylem a réussi à récupérer 900 €, somme représentant la location de la salle, non prévue. C’était la cinquantième édition de notre banquet et devait rester dans les annales !!!! Cela a été réussi par son organisation, certes, mais, aussi, par les problèmes avec l’aubergiste !!! Mais gardons le meilleur dans nos souvenirs.

Cotisations

Actuellement notre association comprend 201 adhérents, membres honoraires, amis et famille d’anciens. Chaque année, ce chiffre diminue suite au vieillissement des copains mais aussi à quelques radiations après 3 années consécutives de non-paiement de leur écot, malgré tous les efforts de Gérard et Richard pour relancer les retardataires.

État des comptes

Le trésorier fit le bilan des divers mouvements et donne le bilan final. Vous trouverez tous les détails de ces comptes dans notre prochain bulletin.

Quelques jours avant le CA, Gérard a pris le soin de faire parvenir les comptes à tous les membres de la commission financière afin qu’ils puissent vérifier l’exactitude des comptes.

Questions diverses

Que devient le reliquat de la taxe d’apprentissage ? Notre trésorier va faire un chèque de 1.032,47 € à l’ordre de l’école, qui les emploiera comme elle veut car cette somme ne nous appartient pas.

Patrick précise que Francis a commencé la réalisation du bulletin 2020, vous pouvez lui envoyer des articles.

Guylem appelle des veuves d’anciens, mais malheureusement il apprend par les mairies que ces personnes sont décédées depuis, parfois, longtemps.

Suite à une discussion avec le directeur de l’école, le site aurait été estimé à 4 millions d’euros par les Domaines alors qu’une autre estimation était de 12 millions d’euros. Un devis de remise aux normes aurait été chiffré à 3 millions d’euros. Tous ces chiffres ne sont pas officiels et sont donnés à titre indicatif. Voilà donc les derniers échos de notre « pauvre école » !

Parmi les vœux reçus, une dizaine de copains seraient partants pour assister au prochain banquet dont un ancien Président, ce serait bien si l’on pouvait réunir tous les anciens présidents, adhérents ou non, pour les 120 ans de l’association. Nous comptons sur votre présence pour honorer notre « Grande dame ».

Il est 17 h 15, le Président lève la séance.

Le secrétaire,
Patrick GINESTET

 

HAPPY NEW YEARS… MEILLEURS VŒUX !

DRING DRING

2019 : Allô c’est qui ?

2020 : C’est moi 2020

2019 : Tu veux quoi, toi ?

2020 : Te dire que ton temps est venu. C’est à mon tour de faire mon show.

2019 : Oh non pas déjà. Je n’ai pas fini mon travail.

2020 : Ne t’inquiète pas je vais continuer… Mais mon programme est très chargé : santé pour tous, bonheur, joie, amour, solidarité…

2019 : Un vrai programme de président !

2020 : Oui, mais j’espère que moi je pourrai tenir mes promesses. Tu as une dernière chose à dire avant de t’en aller ?

2019 : Au revoir. Bonne année, meilleurs vœux et bonne santé à toutes et tous !

Famille Gohory