Compte rendu de l’assemblée générale du 27 avril 2019

Membres du CA présents : Guylem GOHORY, Patrick GINESTET, Gérard RIELLANT

Membres présents : Jean-Paul ACQUIER, Jacques ELLEAU, André GERMAIN, Pierre GOUBAY, Guy JACOT, Pierre LAURENT, Georges LAZ, Louis LEONIDE, Christian MONNIER, Claude NARCISSE.

Absents – Excusés : André AURIOL, Gilles BEIGNET, Patrice BOYER, Henri CASSUS, Jean-Pierre CHAMPION, Sylvain CLAUDE, Alexandre DAVID, Michel GOUDIER, Roger HULEWICZ, Jean JACINTHE, Gérard LE BAIL, Jean-Marc L’HELIAS, Bernard RENAULT, Richard ROSSO.

Pouvoirs : Marcel ALFRED, André AURIOL, Claude BEKAERT, Françoise BOUSSEYROL, Henri CASAUS, Martine CHALAIN, Serge COSTARD, Michel DEJOIE, Jacques DREYER, Francis FIDELAINE, Jeanne GILLEN, Anne-Marie GODFROY, René HENRY, Pierre HILPERTSHAUSER, Jean-Claude HIRAM, Roger HULLEWICZ, Jean-Marc JOU, Dominique MAGNIEZ, Bernard MENNOUBI, Henri MICHAU, Jeanine MOLET, Christian MONNIER, Alain MUND, René NOZERET, Henriette PONTET, Robert RAYMOND, Richard ROSSO, Nadia STIQUEL, Paul TALON, Jacques TIRIOU.

Accueil des participants

Gérard Riellant, adjoint à la mairie de sa bourgade de Chezelle, a obtenu auprès de Monsieur le Maire, la mise à notre disposition la salle polyvalente de la commune. Colette et Gérard ont œuvré pour que tout soit prêt pour le 27 avril. Croissants, gâteaux, jus de fruits et café étaient servis à l’arrivée des participants.

Comme de coutume, de petits groupes se forment et se rappellent le bon vieux temps à d’Alembert, éclats de voix et rires animent ces retrouvailles.

Il est 10 heures, le Président ouvre la séance.

Guylem souhaite la bienvenue aux 10 membres, hélas, pas très nombreux, et fait le constat que les rangs s’éclaircissent d’année en année, phénomène dû à l’éloignement, la maladie, l’âge et cette année les vacances scolaires qui bloquent les grands-parents pour la garde des petits enfants. À l’avenir, peut-être faudra-t-il trouver une autre organisation ? Guylem remercie les épouses qui ont accompagné leur mari.

Gérard prend la parole, avec sa casquette d’élu de la commune, pour excuser l’absence de Monsieur le Maire de Chezelle, mais nous notifie qu’il sera présent à l’issue de la réunion pour le pot de l’Amitié offert par la municipalité.

Après ces mises au point, nous développons l’ordre du jour.

Lecture du procès-verbal

Le secrétaire, Patrick Ginestet, procède à la lecture du procès-verbal de l’assemblée générale du 7 avril 2018.

Guylem revient sur un point du compte rendu concernant la proposition de faire payer 20 € aux nouveaux adhérents afin de faire venir des jeunes, mais il constate que cette idée est morte, même si l’on proposait 10 € cela ne les intéresserait pas, ils N’EN N’ONT RIEN A FAIRE. Par contre ils sont très présents sur les réseaux sociaux, et malgré plusieurs appels, ils ne répondent pas. Tous ces jeunes ne se sentent pas concernés par l’association car ils n’ont pas vécu les mêmes choses que nous, c’est une autre génération. Ils n’ont pas connu l’internat de nos époques et le suivi dans l’industrie, ils se sont retrouvés livrés à eux-mêmes dans la nature, alors que nous, nous nous retrouvions au foyer rue Boutebrie et dans des entreprises où des anciens étaient déjà en place pour nous épauler.

Après cette mise au point le compte rendu a été adopté à l’unanimité.

Compte rendu financier

Le trésorier, Gérard Riellant, fait lecture des comptes.

205 adhérents – 142 payants – 5 gratuits. Les retardataires : 2019 = 46 – 2018/2019 = 14 – 2017/2018/2019 = 3. Ces 3 membres seront radiés en 2019.

Nous rappelons que vous pouvez régler vos cotisations par virement dont voici le code IBAN : FR76 1027 8060 5800 0205 5050 135.

À la demande de Robert Raymond, à notre dernière assemblée générale, la commission des comptes a été remaniée afin qu’il n’y ait plus de membres du conseil d’administration, à l’exception du président et du trésorier pour présenter les comptes. La nouvelle composition est : André Germain, Jean Marc L’Hélias, Patrick Bonnerot, Marcel Méheust et Francis Fidelaine. Francis se charge de rapporter le compte rendu. Après vérification, Francis Fidelaine a donné l’accord de la commission au trésorier pour l’exactitude des comptes. Il en ressort un BÉNÉFICE DE 3.925 €. Vous trouverez le détail des comptes en pages 50 et 51 du nouveau bulletin 2019.

Jacques Elleau demande comment pourrait-on dépenser le reliquat de gestion ? Guylem propose que nous puissions payer le surplus des banquets à venir afin de garder toujours le même tarif (60 €). Cette idée a été acceptée par tous les membres présents. Guylem revient aussi sur le don de notre ami André Auriol. Lors de sa disparition, nous devrons verser 60 % au fisc. Afin d’éviter cet impôt nous allons proposer à André qu’il fasse le don au nom de l’association AEPAPE et par la suite elle nous reversera notre quote-part. Cette suggestion a été acceptée par toute l’assemblée.

Un constat (implacable) est fait, concernant les comptes, ils sont toujours positifs malgré la non-attribution de subventions de la Mairie de Paris, environ 7.000 € de manque à gagner, sur les quatre dernières années. D’autre part, un grand ménage a été réalisé sur les adhérents retardataires auxquels on faisait parvenir le bulletin malgré des retards de plus de cinq années. En 2013 nous étions 282 adhérents, à ce jour 205, cela fait une économie d’impression du bulletin de 100 exemplaires, sans compter la baisse importante des coûts d’impression en faisant jouer la concurrence.

Le compte rendu financier a été adopté à l’unanimité

Taxe d’apprentissage

Plus d’école, donc plus d’utilité, un seul donateur, notre ami Christian Monnier + /- 400 €, donc nous avons pris la décision de SUPPRIMER CE POSTE, un reliquat de 1.032,47 € figure sur ce compte. Cette somme n’appartient pas à notre association, Francis va faire le nécessaire auprès de l’école afin de savoir s’ils en ont l’utilité, sinon il se retournera vers l’administration compétente afin de restituer cette somme.

Rapport moral

Notre Président procède à la lecture du rapport moral. Il fait le constat que les troupes se déciment d’année en année. Tout comme 2017 l’encéphalogramme de notre association est resté plat. Nous avons assuré l’essentiel à savoir le banquet, la cérémonie du 11 novembre et la gestion au quotidien de notre vieille Dame. Certes nous avons eu un satisfecit, à savoir quelques adhésions, mais aussi des défections ou départs. En 2018 l’association a connu son lot de malheurs, de nombreux copains nous ont quittés, alors que d’autres ont eu à affronter les affres de la maladie. Toutes ces disparitions représentent pour notre fratrie la perte irremplaçable de copains. Vous serez tous d’accord avec moi pour admettre que certains amis sont ou étaient des animateurs et des fédérateurs incontournables pour la vie de notre alliance. Aujourd’hui, leur absence a créé un vide incommensurable, la vie de notre association s’en ressent, son dynamisme d’antan subit de plein fouet les conséquences néfastes. En votre nom à tous, par ces quelques lignes, je tiens à rendre un hommage solennel à tous ces amis, fraternels compagnons de route, ainsi qu’à leurs compagnes. Je tiens à leur exprimer que jamais nous ne les oublierons, ils seront toujours gravés dans nos mémoires.

En juillet dernier, nous avons eu droit à notre traditionnel banquet du Morvan à Chissey-en-Morvan, en présence de 130 copains, dont de NOMBREUX invités. Là aussi, cela va être compliqué de voir perdurer notre rendez-vous dans cette forme. Ne nous voilons pas la face, nous sommes arrivés au bout d’un cycle qui ne se régénérera pas. Il va nous falloir être innovants et surtout VOLONTAIRES pour les années futures si nous nous prescrivons à continuer à pouvoir rassembler la fratrie Alembertine, chaque mois de juillet.

Au niveau de la trésorerie, nous avons su faire de substantielles économies de fonctionnement à tous les étages, indispensables pour l’avenir de notre association. Pour preuve vous allez me réfuter que ce n’est pas une entreprise, j’en suis fort aise. Devons-nous pour autant nous montrer dispendieux et irresponsables avec l’argent des autres ?

Alors que nous vivons dans un monde ultra-connecté, nous communiquons très mal, VOIRE PAS DU TOUT. Pour preuve, il n’y a qu’à voir le peu d’intérêt et le manque évident d’appétence pour notre site et la communication en général, au sein de notre association, doux euphémisme. Un sondage nous a permis de prendre le pouls des adhérents, à savoir s’il fallait conserver ou non le site ? Nous avons battu des records de participation, puisque 53 personnes ont répondu, du jamais vu en huit ans. 51 personnes se sont prononcées, sans hésitation, pour que le site perdure, deux ont évoqué son arrêt. Pour autant toutes celles et ceux qui se sont prononcés pour la pérennisation du site n’écrivent jamais ou si peu et ils n’écriront pas plus demain, c’est là tout le paradoxe.

Avant de conclure, je remercie vivement tous les copains du conseil d’administration, plus précisément ceux qui m’entourent au bureau, pour leur participation à la vie de l’association, chacun dans son domaine et selon leurs disponibilités. Notre mission consiste à préserver et garantir la cohésion, l’unité et la bonne marche de notre vieille dame. Cela peut sembler bien peu, mais je puis vous attester que ce n’est pas un long fleuve tranquille, parfois c’est même très compliqué. Notre volonté et notre centre d’intérêt doivent être tournés UNIQUEMENT vers l’harmonie, la solidarité intergénérationnelle et l’amitié indéfectible. Notre exigence, notre détermination, notre prescription, au travers notre mission absolue, doit nous amener ces prochaines années à préserver cette forme « d’excellence » cette universalité de l’amitié fidèle, afin que tout cela ne s’arrêtât point au milieu du gué, nous laissant orphelins une seconde fois, ce dont je n’envisage pas une seule fraction de seconde, bien évidemment.

Vive l’association et merci à tous.

Lecture du courrier

Nous avons reçu des messages de Madame Barbotte, Anne-Marie Godfroy, Pierre Guillou, Camille Consalvo, Georges Cotte, Jean Henri, Jean-Marc Jou, nous souhaitant une bonne AG et bon courage pour la gestion de notre association ; un petit mot de notre ami Henri Casaus, qui demande de l’excuser de son absence à l’AG mais nous confirme qu’il sera présent au banquet, avec son épouse. Nous avons reçu 29 pouvoirs pour la réélection des membres du CA, beaucoup accompagné d’un petit mot d’encouragement pour tous les membres du CA demandant de ne pas baisser les bras, malgré la fermeture de l’école.

Banquet du Morvan

Comme prévu il aura lieu à Saint-Fargeau, le 13 juillet 2019. Guylem reste très optimiste, puisque ce sera la 50e édition, un demi-siècle de rendez-vous festifs et fraternels. Il espère que les copains feront un petit effort, au moins pour une dernière fois, de venir à Saint-Fargeau. Il est primordial que nous soyons encore nombreux pour célébrer notre cinquantenaire, nous avons là aussi un devoir de mémoire envers ceux qui ont créé cet événement incontournable, depuis 1969. À titre personnel, Guylem lance un appel à tous pour que vous soyez des nôtres. Guylem ne lâchera pas l’affaire et fera tout son possible pour que ce soit une fois encore, une réussite. Comme vous pourrez le constater sur le 4 pages de l’inscription, joint au bulletin, le prix n’a toujours pas changé.

Dans les prochains jours, les membres du bureau vont aller à Saint-Fargeau pour finaliser l’organisation et arrêter les menus. Sur le 4 pages nous vous avons noté quelques adresses pour votre hébergement, n’attendez pas de trop, sachant que les chambres proposées par le traiteur sont toutes réservées.

Georges Laz prend la parole pour faire une proposition concernant les banquets futurs, Georges pense que ce serait bien de se SÉDENTARISER dans le Morvan, plus précisément à ALLIGNY. Cette idée avait été déjà envisagée par le bureau, mais nous attendions que ce 50e soit passé. Cette proposition sera à étudier dans les mois à venir car il n’y a PLUS DE VOLONTAIRES POUR ORGANISER, alors que c’est du travail !

Gérard Riellant propose (éventuellement) de regrouper l’assemblée générale et le banquet. Christian Monnier indique que les gens viennent au banquet pour se détendre et faire la fête, pas pour participer à une assemblée, certains sont d’accord avec cette affirmation. De plus, organiser deux événements le samedi matin, où il faudra trouver une autre salle que celle de la restauration, cela va être très compliqué à gérera. Le bureau va réfléchir à ces propositions et vous donnera suite lors d’un prochain CA.

Monsieur le Maire de Chezelle vient de nous rejoindre.

Le bureau

Nous procédons à la réélection des membres du conseil d’administration ; aucune nouvelle candidature enregistrée, donc tous les membres ont été réélus et reste inchangé. Président : Guylem GOHORY ; vice-présidents : Alexandre DAVID et Gérard RIELLANT ; trésorier : Gérard RIELLANT ; secrétaire : Patrick GINESTET ; trésorier adjoint : Richard ROSSO.

À la demande du Président, notre ami Gérard Riellant a été promu vice-président, mais continue à assumer son rôle de trésorier.

Il est 12 h 15, l’ordre du jour étant épuisé, le Président lève la séance et invite tous les participants à rejoindre Monsieur le Maire pour le pot de l’amitié.

Le secrétaire : Patrick GINESTET

L’autisme et le sens des mots !

Bonjour,

L’autre soir, un responsable de premier plan, lors du 20 heures de France 2, a déclaré volontarium, à trois reprises, devant la France entière, répondant ainsi aux questions du journaliste : « Je ne suis pas autiste ! ». À sa « décharge », d’autres avant lui, notamment deux éminents journalistes, ont déjà abusé mal à propos de cette approximative rhétorique et dévoyé à réplétion ce vocable, lors d’interviews.

Nous accédons au monde à travers les mots, les mots justes trouvés au bon moment. Cette phrase prononcée devant des millions de Français m’a affecté au plus haut point. Les mots sont là pour faire rire ou pleurer, défendre des idées, provoquer, susciter, enseigner et éduquer, à la condition sine qua non de bien maîtriser la langue française, pourtant « riche », au sens littéraire. Mais les mots, parfois, peuvent offenser, quand ils sont employés à contresens, surtout à mauvais escient.

Quand j’écris, je me relis sans cesse afin de me demander si les autres comprendront ma pensée et la personne que je suis (ce n’est jamais simple !). Si je blesse, je m’excuse de ma maladresse sémantique ou du malentendu syntaxique. Personne n’est à l’abri d’un faux pas (sauf les imbéciles qui ont toujours raison !), alors il faut avoir en soi l’humilité nécessaire pour reconnaître ses failles, même « à l’insu de son plein gré ! ». C’est cette humilité-là qui fait les grands hommes, pas l’obstination ni l’ignorance !

Je pense aux 650.000 autistes, dont certains regardaient certainement la télé ce dimanche soir, quant à trois reprises, l’interviewé a répété « qu’il n’était pas autiste ». Ils ont compris, bien évidemment — ils ont une intelligence supérieure au citoyen lambda — qu’ils n’étaient pas « normaux », puisqu’eux, ils étaient « véritablement » atteints de ce « handicap », le syndrome d’Asperger.

Mais de quoi parlait cet homme à la « normalité reconnue », de quoi se défendait-il ? De n’être pas un autiste qui, dans l’imaginaire collectif, est un être complètement enfermé dans son monde ! Mais l’autisme a tellement de visages différents. Il a le visage de ces jeunes enfants à l’intelligence hors normes. Il a le visage de ces personnes qui souffrent mais qui sont capables de vous réciter n’importe quel poème par cœur. Il a le visage de tous ces gamins pour lesquels les parents se battent au quotidien. Il a aussi le visage de ceux que l’on enferme dans des hôpitaux parce que notre vieux et grand pays, notre chère France a énormément de retard sur la prise en charge de ces personnes.

Les mots ont un sens qu’il nous faut tous respecter pour ne pas que la pensée se perdît dans les abîmes de l’indicible. Les mots sont capables d’ouvrir à la différence ou d’enfermer dans de terribles clichés qui se banalisent tellement qu’ils deviennent des ÉLÉMENTS DE LANGAGE que tout le monde finit par trouver admissibles. Mais lorsque ces préjugés deviennent des discriminations, il est trop tard.

Les femmes, les juifs, certaines populations, les trisomiques, les homosexuels en ont tous fait les frais tout au long de l’Histoire. Il ne faudrait pas que les personnes autistes et/ou handicapées soient les nouvelles cibles de cette société aseptisée, égocentrique, rabougrie, où la tendance est à la « lobotisation » des cerveaux plus qu’à l’éclosion de futurs prix Nobel. Il ne faudrait pas que la mauvaise employabilité des mots devînt in fine la normalité de tous les maux de cette société en crise et en perpétuelle déliquescence !

Guylem Gohory (sociétaire de la Beurnotte)

Un 1er mai de bonheur pour vous

Chères Alembertines, chers Alembertins,

Je vous envoie ces brins de muguet en souhaitant qu’ils vous apportent du bonheur ! À ce joli muguet, il ne manque que le parfum suave, mais pour le reste, il est porteur d’espoir et de chance comme le vrai.

 Bon 1er mai à toutes et tous. Que le bonheur règne sur vous et vous inonde de ses rayons matin, midi et soir. Faire les choses avec le cœur, l’essentiel étant invisible pour les yeux, voilà ce qui est essentiel dans la vie !

Grande félicité pour vous et tous les vôtres, carpe diem !

Je vous embrasse.

Guylem Gohory

Infos en bref de l’AG de Chezelle

Bonsoir,

Comme vous le saviez toutes et tous, ce samedi 27 avril 2019, nous avions rendez-vous à Chezelle, commune chère au cœur de Colette et Gérard (adjoint au maire), puisqu’ils y résident, quasiment à plein temps, depuis déjà un… certain temps ! Le premier édile nous a accueillis avec ferveur, « poussant même le bouchon » jusqu’à nous offrir le vin d’honneur pour conclure nos travaux.

À la suite, nous nous sommes dirigés sur la commune de Charroux, à quelques kilomètres de Chezelle, un charmant village qui a concouru pour le titre du plus beau village de France. Nous, nous avions rendez-vous à « La Ferme Saint-Sébastien », un magnifique restaurant, situé dans un cadre champêtre, qui s’honore de deux « bibs gourmands ». Le repas comme le service furent à la hauteur de la réputation de l’établissement, tout comme l’ambiance alembertine, euphémisme !

Une partie d’entre nous a fait la visite de ce magnifique village qui regorge de « trésors ». Pensez donc, vous avez la moutarde de Charroux, réputée dans l’Europe entière, les magnifiques bougies aux 100 senteurs différentes, créées par les « nez des parfumeurs de Grasse », les savonnettes aux parfums divers et variés, le musée de l’horlogerie, le musée des arts photographiques et peintures, etc.

Ce dimanche il était prévu la grande brocante de printemps, avec la participation de… 400 exposants et l’attente espérée de… 25.000 personnes, un record pour un si petit village. Tout le monde a su apprécier tant Chezelle que Charroux ainsi que cette nouvelle rencontre alembertine en terre bourbonnaise.

Je ne vous dirai rien sur la teneur de notre assemblée, j’en laisse la primauté à notre secrétaire qui, je le sais, ne tardera pas à nous « produire » un compte exhaustif de notre assemblée générale que je ne manquerais de vous transférer dans la foulée, soyez en assurés… Vous y découvrirez un tas d’informations ainsi que la composition du nouveau bureau !

Confraternellement à toutes et tous et au plaisir !

Guylem Gohory

Quelques photos en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://photos.app.goo.gl/etN5xJGkNNoYS6D2A

Les premiers marque-pages sont là

 Les premiers marque-pages sont là ! Épaisseur 2,4 millimètres, longueur 15,5 millimètres et 5,4 millimètres de largeur, le verso est concrétisé avec une rose des vents et une citation soit de Voltaire ou de Salim Boudiaf, étudiant,1968. D’autres motifs sont en préparation en attendant le feu vert.

Je peux graver le prénom sur l’étui de carte bancaire, mais attention pas plus de 6 lettres, il est également possible de mettre l’initiale agrémentée d’une fleur !

Robert Raymond

Des marque-pages pour l’assemblée

Le bonheur c’est d’avoir un bon compte en banque ? Mais aussi une bonne santé, c’est vital !

L’étui du centre est, si l’on veut, le décor verso des réalisations. Annick a réalisé une protection en tissus fermeture avec un bouton-pression, un emplacement pour la marqueterie et un autre emplacement pour mettre les reçus des opérations de paiement.

Les premiers marque-pages seront envoyés vendredi, avant l’assemblée.

Mes amitiés et bonne réception.

Robert Raymond

Bonjour Guylem, bonjour à tous

Quel est ce site bien connu des Morvandiaux avec la photo d’un grand ami ébéniste de la promo 1946-1950 décédé en 2010, il était de l’agence de LORMES. Pour quelle raison ce site touristique est-il devenu à une certaine époque vaseux et qui, malgré tout reste magique et magnifique !

Alembertins Morvandiaux à vos commentaires pour ne pas rester muets comme une carpe.

Robert Raymond

 

Joyeuses fêtes de Pâques

Bonjour,

Pâques est la période privilégiée des Français pour consommer des œufs en chocolat. Mais ce moment particulier dans l’année est également un prétexte à la formation de divers proverbes et dictons chargés du folklore, des traditions et de l’histoire française. 
À Pâques ou à la Trinité

Le proverbe est issu – selon Les 1001 expressions préférées des Français – de Georges Planelles, de la célèbre chanson « Malbrough s’en va-t’en guerre », écrite par des Français lors de la bataille de Malpaquet, sous Louis XIV. Malbrough désigne le duc de Marlborough ou Lord Churchill, ancêtre du bien connu Sir Winston Churchill. Il est dit dans la chanson : « Malbrough s’en va t’en guerre […] Il reviendra-z-à Pâques ou à la Trinité […]. La Trinité se passe, Malbrough n’en revient pas. »

Noël au balcon, Pâques au tison

Il s’agit d’un des dictons météorologiques les plus connus et usités en France. L’adage signifie que si le temps est doux lors des fêtes de Noël, le week-end Pascal sera, quant à lui, plus frais. Mais cette association se vérifie-t-elle toujours ? En effet les prévisions météorologiques sur un temps long sont bien souvent dépourvues de fondement scientifique.

Il faut faire carême-prenant avec sa femme et Pâques avec son curé

Le Larousse des XIXe et XXe siècles l’explique comme l’injonction à « se réjouir en carnaval et remplir à Pâques ses devoirs… ». De manière plus générale, cette expression signifie qu’il faut faire chaque chose en son temps et en son lieu, sans s’écarter de la bonne règle ». De quoi pimenter une conversation avec sagesse

Les cloches ne sont pas toutes à Rome

Il paraîtrait que toutes les cloches se retrouvent à Rome… Je m’insurge, ce n’est pas vrai, la preuve c’est que moi, je suis là devant mon ordinateur, chez moi, à tenter de vous écrire quelque chose. À l’évidence les cloches errent ici ou là, à Orcines itou, j’en suis la preuve vivante. Heureusement, je ne suis pas seul, de nombreux amis, revenant de l’île de Pâques, m’ont promis de me rejoindre peu avant midi, l’instant choisi où je vais pouvoir leur sonner les cloches à tous ces crânes d’œufs !

Pour celles et ceux qui sont gourmands, Pâques est la fête de toutes les tentations ! Ce n’est pas le moment de se priver, on y pensera plus tard. Que pourrais-je vous souhaiter de mieux que du soleil, du repos et un festin gourmand ? Un beau programme que je vais tenter de mettre en œuvre.

Je vous souhaite de passer d’excellentes fêtes de Pâques, entourés de vos proches, sous un beau soleil printanier. La chasse aux œufs peut commencer, mais pas sans eux, je parle des enfants !

Confraternellement.

Guylem Gohory