Bonjour,

Certes, je ne fais pas vous faire le coup de la « virginale effarouchée », puisque lors de l’envoi d’un package « Des nouvelles de… », je vous en avais glissé quelques mots. Je vous confirme que Paul Talon (promotion 1966-1970, section ébénisterie), accompagné de la douce Habiba, son épouse, après avoir survolé quelques contrées et visité de sublimes sites sur un autre continent du Globe, ont fini par poser leurs valises à La Bourboule pour trois semaines, afin de se ressourcer et de retrouver la « pêche » de leur jeunesse !

Paul et Habiba sont accompagnés de Sofia, leur fille et d’une autre personne de leur famille. Il est à noter que Sofia et sa fille Camille (présente au banquet à Gurgy) avaient représenté Paul et Habiba à la cérémonie inaugurale de la nouvelle plaque à d’Alembert.

Je vous avais parlé d’une surprise, certes petite, mais néanmoins bien réelle. Comme Paul et Habiba sont de très « vieux » amis de Dominique et Chantal Bur, j’avais convié le couple de Gurgy à Montrodeix, afin qu’ils puissent se retrouver chez nous. Il ne manquait que le « Dom » Richard, le frère de Chantal, qui a travaillé six ans avec Paul, en sa qualité de professeur tout comme Paul, en Nouvelle Calédonie, et le tableau aurait été complet. Ce n’est que partie remise, puisque j’ai prévu une rencontre post-banquet avec les trois couples susnommés, mais chut ne le répétez pas, ils ne sont pas au courant, même s’ils sont tous abonnés chez Engie. 

Vous n’allez pas me croire ou penser que je « fume la moquette », mais si vous saviez, c’est pire que cela ! Alors que Dominique et Chantal étaient à pied d’œuvre dès samedi midi, nous avions décidé, accompagné de notre petite Nahia, de nous positionner au carrefour qui mène au Panoramique des Dômes afin d’encourager les coureurs qui partaient de la place Jaude pour grimper jusqu’au sommet du puy de Dôme. Naturellement, le passage de ces quelque
500 compétiteurs en ordre très dispersés créait des embouteillages au carrefour. Tandis que nous nous apprêtions à regagner nos pénates, j’entends une voix de stentor qui me hèle à qui mieux mieux. Bigre ! Qu’aperçois-je au loin, assis au volant d’une belle Peugeot blanche, Paul, Habiba et Sofia qui étaient bloqués dans la file des voitures, alors qu’ils rentraient de Clermont-Ferrand. Pour un hasard, après la foire aux escargots de Trifouilly, à côté de Digoin, croiser des Calédoniens, les seuls que nous connaissons, sur la route d’Orcines, avouez que ce n’est pas banal.

Naturellement, nos amis nous ont rejoints et ont passé une partie de la soirée avec nous avant de revenir « encore plus forts » dès dimanche matin, à Montrodeix. Avec Marie-Thé, nous avons proposé la visite de Clermont centre à nos amis, qui étaient heureux de découvrir cette ville et sa cathédrale noire, mais pas sale pour autant, puisque c’est juste la couleur de la pierre de Volvic. Après un passage par Royat et Chamalières, nous rentrons pour partager un repas « familial » et échanger quelques propos alembertins, mais pas que. D’ailleurs, il m’a fallu attendre ce jour pour découvrir que Paul a grandi à Trévol, dans l’Allier, et bien d’autres choses, notamment qu’il avait connu ses parents avant d’être placé à l’âge de 8 ans. Paul a un frère plus jeune de quatre ans, que j’ai bien connu, puisqu’il est entré à d’Alembert en 1970, où il a appris le métier de typographe. Ce frère c’est Alain, que nous surnommions « Chichille » ou « Achille » eu égard à son patronyme, Talon ! Paul m’a confirmé qu’ils ne s’étaient jamais perdus de vue.

L’après-midi, nous avons proposé à nos invités de prendre la direction du Panoramique des Dômes pour monter jusqu’au sommet du Géant des Dômes. Paul et Habiba ont été bluffés par les paysages qui s’offraient à leurs yeux ébaubis par ces beautés auvergnates. Il est vrai que le changement avec leur archipel calédonien est « quelque peu » différent.

Une fois encore nous avons passé une superbe journée, tout le monde était content, c’est là le principal. Bien évidemment Paul et Habiba seront présents au banquet, puisqu’ils restent en métropole jusqu’au 28 juillet. J’ai demandé à Sofia si elle ne voulait pas venir, elle m’a répondu pourquoi pas, tout reste possible. Je vous évoquais le « Dom » Richard en préambule, lui aussi sera présent, une fois (vous comprendrez pourquoi je dis « une fois ») !

Mes amis, terminez bien votre séjour à La Bourboule, profitez des paysages et de la sérénité du bon vivre et savoir-vivre auvergnat. À très bientôt pour de nouvelles aventures dans une autre région de notre belle France, le Morvan, pour ne pas le nommer, et le meilleur pour vous et vos familles.

Amitiés alembertines.

Guylem Gohory